Business Partner, un Métier d’Avenir (Fable Corporate)

TRANCHE DE VIE RH | LE BUSINESS PARTNER & LA DELOCALISATION

S’il n’y avait pas de Pologne, il n’y aurait pas de Polonais – Alfred Jarry

C’est parti! Nous voici à la veille d’une vraie innovation: fini les directeurs du personnel, fini aussi les directeurs des ressources humaines, l’heure des  ‘Business Partners’ (les fameux B.P.) a sonné.

PicsArt_1386235170132En sortant du Comité de direction RH groupe, Martial avait bien compris ce que son patron matriciel, Jean-Raoul (JR),  le jeune vice président RH du siège, avait exposé. Il fallait être plus proche « du bizness » et devenir enfin un interlocuteur privilégié des autres fonctions.  Son discours s’accompagnait de clichés ambitieux, du genre « Se rendre indispensable au business », « Démontrer quotidiennement notre valeur ajoutée»,  … voire sibyllins « Ne faire que ce qui compte vraiment », « Sous-traiter le sous traitable (sic)» …  Tout un programme!  C’est qui qui commence ?Il voulait bien tout ça, Martial (Son expérience lui murmurant que de toute façon, le projet venant du siège, son avis comptait peu).  Mais pour en arriver là, sur les recommandations appuyées de JR, il fallait expédier une moitié de son service à Varsovie, au centre de services partagés, et l’autre à Madrid, au centre d’expertises ‘cluster’.  Enfin quand il disait ‘expédier’, il s’agissait d’une image …

De là à penser que le Business Partner allait se retrouver tout seul avec le business, il n’y avait qu’un pas.  Mais le prestige du nouveau titre (car c’en était devenu un) fut le plus fort.  L’intitulé magique  « Business …»,  pour une fonction de support qualifiée dans l’entreprise de «Lowest form of life» (les salauds !), cela n’est pas rien…

Alors Martial sua sang et eau, négocia âprement, se fit presque tour operator de la capitale Polonaise, chantre des beautés ibériques pour convaincre une équipe – qui croyait jusque là en lui – de s’expatrier pour faire place à une fonction RH améliorée.

Ce n’est que plus tard, resté seul dans son bureau de Business Partner, qu’il mesura l’étendue des économies ainsi réalisées pour la plus grande gloire de l’entreprise: incalculable. Au sens propre!

Il ne savait pas encore que cinq ans plus tard, après son burn out, l’entreprise penserait revenir à une structure « plus locale, plus proche, plus humaine » des RH et fermerait le centre de Madrid, sous l’égide du nouveau VP RH Groupe…

Pour le moment, reste à s’occuper de l’informatique, de la qualité, de la communication interne, de la formation, du recrutement, du développement, des parcours de carrière…

À la passion d’emmerder les autres, on donne souvent le nom d’idéalisme– Charles dantzig

– Remerciements à mon ami de toujours, Bruno Colomb grand DRH devant l’eternel –

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s